Depuis la mise en place de la réforme 100% Santé appliquée depuis le 1er janvier 2019, les conditions des audioprothésistes vis-à-vis de leurs patients ont sensiblement évolué.

Encadrer la profession pour plus de visibilité coté patients

Certaines de ces modalités de prise en charge sont déjà appliquées chez certains praticiens, mais sont désormais obligatoires. Il s’agit notamment de précisions sur les tests et mesures audiométriques ou d’obligations de suivi.  En plus des bilans obligatoires avant et après la pose de l’appareil, la période d’essai de 30 jours, le suivi biannuel recommandé la première année qui suit l’appareillage, la télétransmission et les questionnaires de satisfaction, s’ajoute l’envoi d’un compte rendu transmis sous 7 jours au médecin prescripteur. Cette démarche de compte rendu apporte un aspect de coordination entre le médecin prescripteur et l’audioprothésiste en charge de l’appareillage. Cette nouvelle obligation nécessite une bonne communication entre les deux spécialistes pour une prise en charge cohérente et un discours commun. 

Les nouvelles démarches des audioprothésistes

Voici la liste précises des nouvelles démarches cités sur le site www.acuite.fr :

  • le port d’un badge d’identification ;

  • un bilan préalable nécessaire : seuil tonal par oreille, recherche des seuils d’inconfort ;

  • un bilan préalable obligatoire : audiométrie vocale dans le silence (AVS) et dans le bruit ;

  • la proposition obligatoire d'un appareil de classe I ;

  • une période d’adaptation probatoire de 30 jours (45 jours dans les cas d’implant envisagé) ;

  • un compte-rendu minimal transmis sous 7 jours au prescripteur et au médecin traitant ;

  • le déclenchement de l’envoi au patient du futur questionnaire de satisfaction (à paraître courant 2019) ;

  • des bilans à 3, 6 et 12 mois ;

  • au-delà de la première année, un suivi biannuel « recommandé » ;

  • un rendez-vous à 24 mois avec de nouveau déclenchement de l’envoi du futur questionnaire de satisfaction ;

  • le suivi par télétransmission avec passage de la carte vitale du patient à chaque visite.